08/10/2011

Le temps des vacances (2)

 

Après une courte étape au Val de Vergy ( près de Nuits Saint Georges) , chez Brigitte et Dominique PUVIS DE CHAVANNES, nous poursuivons notre chemin vers le sud.

 

Un petit arrêt à GRIGNAN, aux portes de la Drôme provençale.

IMG_10743-bis-cadre4.jpg

Le château de Grignan dont l'origine remonte au XIIème siècle a été construit sur un piton rocheux.

IMG_10742-bis-cadre4.jpg

Il fût transformé en forteresse dès le XIIIème siècle par la famille des Adhémar ; c'est au XVIIème siècle que François Adhémar de Monteil en fît une résidence luxueuse.

 

François Adhémar de Monteil, comte de Grignan qui fût nommé ensuite lieutenant général de Provence épousa en 1669 Françoise Marguerite de Sévigné, fille de la Marquise de Sévigné. La séparation de la mère et de la fille nous a valu la plus grande partie de la correspondance de Madame de Sévigné.

 

Réduit en ruines en 1793 il fût enfin reconstruit au début du XXème siècle à l'identique.

 

 

La collégiale Saint-Sauveur date du XVIème siècle et fut restaurée au XVIIème siècle.

IMG_10749-bis-cadre4.jpg

Sa construction par le Baron Louis- Adhémar débute en 1535 et s'achève en 1539 date à laquelle le pape Paul III l'institue Collégiale St Sauveur.et autorise l'introduction d'un chapitre de chanoines.

 

La façade de style renaissance fût saccagée pendant les guerres de religion et reconstruite en 1654 par Louis Adhémar Comte de Grignan.

 

La rosace est de style gothique tardif.

IMG_10745-rec-cadre4.jpg

A l'intérieur :

 

La tombe de Madame de Sévigné décédée à Grignan le 18 avril 1696 .

IMG_10744-bis-cadre4.jpg

Un très beau maître- autel datant de 1634, rehaussé d'un retable en bois doré représentant la Transfiguration, ce tableau est signé Ernestimus Grève et date de 1630.

IMG_10746-bis-cadre4.jpg

 

 

IMG_10746-rec-cadre4.jpg

Un buffet d'orgue (20 jeux) datant du XVIIe siècle (1663) qui est l’œuvre du facteur Charles de Royer.

 

Une chaise de vérité particulière : on y accède par l'extérieur de l'église !

IMG_10747-rec-cadre4.jpg

 

Cette armoire des fonds baptismaux date de 1687 ; elle est de style Louis XIV et historiée avec des images symbolisant la liaison avec l'eau.

IMG_10748-rec-cadre4.jpg

 

Une dernière particularité: la terrasse du château bordée d'une balustrade recouvre le toit de la collégiale, et dans celle ci, une tribune seigneuriale situé à 15 m de haut et accessible directement du château, permettait au Comte de Grignan et à sa famille d'assister aux cérémonies religieuses.

 

 

Sur notre chemin, une autre petite ville pleine de charme, CARPENTRAS.

 

Carpentras offre au regard des visiteurs, des facettes aussi colorées que les façades de son centre ancien.

 

Héritière de la cité gauloise des Memini, au double caractère d’acropole et de marché, la ville devient au Moyen-Age, la capitale du Comtat Venaissin. Elle doit son originalité à son appartenance au Saint Siège du XIIIème au XVIIIème siècle. Son architecture s’inspire des modèles italiens et la présence des juifs protégés des Papes, marque sa culture.



La Cathédrale Saint-Siffrein, du nom de l’évêque patron de la cité (VIIème siècle) offre un bel exemple d’architecture gothique méridionale.

IMG_10750-bis-cadre4.jpg

C’est la plus grande église du diocèse : 58 mètres de long dont 42 pour la nef à six travées d’ogives.

 

Sa construction a duré plus d’un siècle (1405-1531), succédant à deux édifices antérieurs, dont une cathédrale romane du XIIIème siècle, aux vestiges encore existants sur le flanc nord du chevet.

 

 

Le passage Boyer appelé aussi rue Vitrée est typique des galeries commerçantes couvertes du milieu du XIXème siècle. Elevé pour relier aisément les petites Halles et le marché, l’alignement de ses boutiques chic au rez-de-chaussée d’immeubles à l’ordonnance régulière contraste avec les échoppes réfugiées sous les arcades médiévales de la rue des Halles.

IMG_10752-bis-cadre4.jpg


La Fontaine de l’Ange, majestueuse avec son bassin octogonal et son socle richement décoré. Elle représente à elle seule , toutes les fontaines de Carpentras et l’attachement de la ville à l’eau. Détruite en 1904 et reconstruite à l’identique, elle trône à nouveau fièrement avec son angelot, sur la place de l’hôtel de ville.

IMG_10751-rec-cadre4.jpg

 

La journée se termine avec notre arrivée à la chambre d'hôte « Les tilleuls » située à quelques kilomètres de Roussillon.

 

C'est un joli petit mas isolé dans une grande propriété.

Grignan 2011-cadre4.jpg

Le soir, un joli coucher de soleil, la nuit, le bruit des loirs qui galopent dans la toiture et, le matin, un plaisant réveil par deux petits chatons arrivé dans notre chambre en grimpant le long de la treille qui tapisse la façade.

 

 

IMG_10851-rec-cadre4.jpg

IMG_10856-bis-cadre4.jpg

 

 

09:47 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vacances, paca, grignan, carpentras, roussillon

10/08/2011

Gare : Anvers central

 

 

tourisme, gare, Anvers, Antwerpen

La gare d’Anvers Central (Antwerpen Centraal) fait partie de ces véritables cathédrales de pierre, de verre et de métal que l’on érigeait jadis un peu partout dans le monde en guise de temple pour honorer le moyen de transport révolutionnaire qu’était alors le chemin de fer.

 

Le bâtiment ferroviaire historique anversois - ouvert en 1905 et classé depuis 1975 -, récemment rénové, a remporté en juin 2011 à Amsterdam le Grand Prix européen du patrimoine culturel Europa Nostra, dans la catégorie "conservation".

 

Elle a été jugée par le magazine américain Newsweek quatrième plus belle gare du monde après la Gare de Saint-Pancras de Londres, le Grand Central Terminal de New-York et le Chhatrapati Shivaji Terminus de Bombay.

tourisme, gare, Anvers, Antwerpen

Classée au patrimoine historique, elle est une des plus anciennes de Belgique puisque les premières installations accueillirent déjà des trains en 1836, en tant que terminus de la ligne reliant la capitale à la métropole portuaire, via Malines.

 

La première gare a été construite entre 1895 et 1905 afin de remplacer le terminus de la ligne Bruxelles-Malines-Anvers.

 

Le terminus construit en pierre, recouvert d’un vaste dôme sur la salle d’attente a été dessiné par Louis Delacenserie, la structure recouvrant les voies (185 mètres de long et 44 mètres de hauteur)  a été imaginée par l’ingénieur Clément van Bogaert. La gare est largement considérée comme un des plus beaux exemples de l’architecture ferroviaire en Belgique. Le viaduc de gare est également un ouvrage d’art remarquable, dessiné par l’architecte local Jan Van Asperen.

tourisme, gare, Anvers, Antwerpen

C’est à la demande du Roi Léopold II que Delacenserie s’inspira sur la gare de Lucerne en Suisse, notamment pour le dôme de 75 mètres de haut et les petites coupoles du côté de l’Astridplein, ainsi que pour les tourelles à lanterneaux. Le monogramme du Souverain, deux L dos à dos, se retrouvent à plusieurs endroits dans la gare. Pas moins de vingt espèces de marbre ont été utilisées dans la décoration de la gare où l’on retrouve plusieurs styles de colonnes: dorique, toscane, ionique et corinthienne.

tourisme, gare, Anvers, Antwerpen

Depuis 1998, un travail de reconstruction à grande échelle pour faire de ce terminus une gare de passage TGV.

 

L’ancienne gare comportait 12 voies en impasse, numérotées de 1 à 12 en partant de l’ouest. Elle comporte aujourd’hui 4 étages et 14 voies.

 

Depuis mars 2007, les travaux de la gare et les réaménagements des voies sur trois niveaux ont permis de créer une liaison directe vers les Pays-Bas, via un tunnel ferroviaire sous la gare et la ville, alors que la gare était historiquement une gare terminus. Le tunnel a été creusé entre la gare de Berchem au sud de la ville et la gare d’Anvers-Dam au nord, passant sous la gare centrale sans que les trains n’aient besoin de faire demi-tour (alors qu’auparavant les trains Amsterdam-Bruxelles ne pouvaient passer que par Berchem ou changer de sens à la gare centrale)

 

La nouvelle gare s’articule sur 4 niveaux:

tourisme, gare, Anvers, Antwerpen

Le niveau +1 (niveau des voies actuelles) comporte six voies en impasse (numérotées 1 à 6), placées symétriquement de part et d’autre d’un puits donnant sur les étages inférieurs. Il y a deux groupes de trois voies, chaque groupe comprenant deux larges quais. Les voies 4 à 6 ont été mises en service le 25 juin 2001, les 3 autres le 14 décembre 2003.

 

Le niveau 0 correspond au niveau piéton, avec les guichets, boutiques et autres services. C’est par ce niveau que se fait l’accès à la gare.

 

Le niveau -1 comporte quatre voies en impasse (numérotées 7 à 10), réparties en deux groupes de deux voies (chaque groupe disposant d’un large quai).

 

Le niveau -2 comporte quatre voies (numérotées 11 à 14), et donnent accès au tunnel permettant de rejoindre le nord d’Anvers.

 

 

Pour compléter :

 

http://www.antwerpcentral.be/

 

 

09:32 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs, Photographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tourisme, gare, anvers, antwerpen